Portraits


13/11/15

« FIDAL est un cabinet humain avec un raisonnement sain » Valérie Harnois Mussard, avocate associée au sein du département droit Fiscal à Paris

Tous les mois, nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois-ci, Valérie Harnois Mussard, Avocate associée au sein du département droit Fiscal à Paris se dévoile. Portrait.

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? 

Je voulais devenir journaliste mais le droit des affaires et la fiscalité se sont  imposés un peu par hasard. A la suite d’un stage de fin de Master 2 au sein de Fidal, j’ai finalement décidé de poursuivre dans cette voie et j’ai intégré une équipe de fiscalistes. A l’époque c’était une spécialité assez peu « féminine ». .. Avec du recul, je dirais que ce qui me plait le plus dans ce métier, c’est qu’il n’y a jamais une journée qui  ressemble à la précédente.  Lire la suite

  0 commentaire   
|
17/04/15

« FIDAL m’a offert l’opportunité d’intégrer une structure qui combine une envergure nationale et un réseau international avec une présence à proximité géographique des clients », Sébastien FRICK, Avocat au sein du département droit Fiscal à Colmar

Tous les mois nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois- ci, Sébastien FRICK, Avocat au sein du département droit Fiscal à Colmar se dévoile. Portrait.

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ?  

Je voulais déjà devenir avocat alors je n’avais pas 14 ans. J’étais passionné par les films qui relatent des procès : Douze hommes en colère, Des hommes d’honneur, Le Verdict, etc. A l’université, cette vocation précoce de pénaliste s’est muée en une prédilection pour le droit fiscal, peut-être parce que cette matière était réputée comme étant la plus difficile parmi les étudiants. 

SébastienFRICKIMG_6999 - small Lire la suite

  0 commentaire   
|
19/12/14

« Le business model de FIDAL correspondait à mes attentes : un cabinet d’envergure internationale et nationale ayant un rayonnement local/régional », Albane Rozière-Bernard, Avocat au sein du département Droit social – Santé et sécurité au travail à Bordeaux

Tous les mois nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois- ci, Albane ROZIERE-BERNARD, Avocat au sein de département Droit social – Santé et sécurité au travail , à Bordeaux se dévoile. Portrait.

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? 

Pour être honnête, rien ne me prédestinait à une carrière juridique. Je souhaitais en effet faire des études de médecine mais n’étant pas « scientifique », j’ai décidé de m’orienter vers le droit et notamment le droit médical et le droit de la santé. J’ai tout de suite eu un coup de foudre pour le métier d’avocat !

albane Lire la suite

  0 commentaire   
|
04/11/14

« FIDAL était le seul cabinet à répondre à mes attentes : poursuivre une pratique de pointe dans un cabinet à la fois international et local, au plus près des préoccupations environnementales des entreprises », Camille Jarry, Avocat au sein de la Direction Régionale de Nantes

Tous les mois nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois- ci, Camille Jarry, Avocat en droit de l’environnement, au sein de la Direction Régionale de Nantes se dévoile. Portrait.

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? / Quel est votre parcours ?  

En réalité, plus que le métier d’avocat en lui-même, c’est le droit d’abord, puis plus précisément le droit de l’environnement, qui m’ont guidée vers cette profession. 

 c.jarry

  Lire la suite

  0 commentaire   
|
26/09/14

« L’intégration d’un cabinet comme FIDAL m’a permis de professionnaliser encore davantage mon activité en m’appuyant sur un grand nombre de forces vives dans les spécialités classiques d’un cabinet d’avocat d’affaires à dynamique nationale mais aussi internationale », Anne De Galzain, Avocat associé, Responsable de l’activité vitivinicole au sein du bureau de Bordeaux

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? 

C’est plutôt le métier qui m’a choisi ! Après quatre années de droit, certes des affaires, c’est l’entreprise qui m’a attirée ainsi que les chiffres qui en donnent souvent une bonne compréhension. 

Très vite recrutée par des experts comptables sensibles à ma double formation (Droit – IAE – DESS Contrôle de gestion), j’ai validé à ce titre 18 mois de stage, soit la moitié du chemin me permettant de prétendre au titre de conseil juridique. C’est avec deux associés que j’ai complété un apprentissage pratique du droit des affaires. 

Le métier d’avocat m’a ensuite rattrapée et absorbée, au propre comme au figuré. 

J’ai exercé pendant 23 ans au sein d’un cabinet indépendant d’avocat d’affaires, où j’étais associée. C’est là que j’ai eu l’occasion, de par la nature de la clientèle du cabinet, de pouvoir être en contact avec des propriétés viticoles et des négociants en vins. 

J’ai ensuite intégré FIDAL à Bordeaux. 

 anne

Lire la suite

  0 commentaire   
|
11/07/14

« J’avais la volonté de rejoindre un cabinet d’avocats d’affaires d’envergure nationale implanté en régions et dont la compétence technique était reconnue par le milieu des affaires », Jean-François Blaret en droit des sociétés, au sein du bureau de Lille

Tous les mois nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois- ci, Jean-François Blaret, Avocat en droit des sociétés, au sein du bureau de Lille, région Nord Picardie se dévoile. Portrait.

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? 

Je me suis orienté vers le métier d’avocat d’affaires qui semblait correspondre à mes attentes : assurer la vitalité économique d’un territoire  par la participation au développement des entreprises. Le choix de ce métier m’est donc venu naturellement à partir du moment où j’ai souhaité participer à la vie de la « cité » et plus particulièrement, dans sa sphère économique. 

JFBlaret

Lire la suite

  0 commentaire   
|
06/06/14

« FIDAL est avant toute chose un cabinet humain » : Bruno Anduru Directeur de l’activité Associations et Organismes sans but lucratif dans la région Aquitaine-Limousin

Tous les mois nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois-ci, Bruno Anduru, Directeur de l’activité Associations et Organismes sans but lucratif  (AOSBL) dans la région Aquitaine-Limousin se dévoile. Portrait

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? 

Pour être honnête rien ne me prédestinait au métier d’avocat d’affaires. Je souhaitais m’orienter vers une carrière sportive ou artistique. Après le bac je n’avais pas d’idée précise sur les études que je souhaitais poursuivre. Je me suis orienté vers des études de droit persuadé que cela pouvait être un tremplin pour évoluer dans les secteurs du journalisme ou du sport. Puis des rencontres décisives et le goût du conseil m’ont poussé à persévérer dans cette voie. Avec le recul je n’ai aucun regret. Le métier d’avocat conseil est un métier où la routine n’a pas sa place, qui permet d’évoluer dans des secteurs très variés et dans lequel je suis totalement épanoui. 

bruno

Lire la suite

  0 commentaire   
|
04/04/14

« FIDAL est selon moi le seul cabinet d’avocats capable en région de mobiliser des ressources pluridisciplinaires et de garantir le niveau technique de ses avocats afin de répondre à toutes les problématiques de ses clients », Brigitte Petitdemange, Avocate associée, Directrice du département Règlement des contentieux dans la région Nord-Picardie

Tous les mois nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois-ci, Brigitte Petitdemange, Avocate associée, Directrice du département Règlement des Contentieux dans la région Nord-Picardie se dévoile. Portrait.

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? 

Autant que je m’en souvienne, j’ai toujours voulu exercer le métier d’avocat. Mon souvenir le plus lointain remonte à l’école primaire où l’on nous enseigne les fables de La Fontaine et notamment la Cigale et la Fourmi. Nous l’avions présenté sous forme de procès et je défendais la fourmi qu’aucun autre élève n’avait voulu défendre … J’ai eu ensuite la chance, habitant Dunkerque puis Lille, de rencontrer de jeunes chefs d’entreprises et de mener avec eux divers projets très concrets, dont la création et la commercialisation d’un jeu de société, à travers la Jeune Chambre Economique Française, pour promouvoir la région Nord-Pas-de-Calais. Le monde de l’entreprise m’a alors rapidement passionné ; c’est ainsi que je suis devenue avocat d’affaires.

Brigitte Petitdemange

Lire la suite

  0 commentaire   
|
07/03/14

« FIDAL m’a donné un cadre favorable pour développer mon activité avec à la fois des moyens techniques de haut niveau et une structure qui favorise l’épanouissement individuel » : Marie Du Gardin, Avocat associé, Directeur adjoint de la région Rhône-Alpes

Tous les mois nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois- ci, Marie Du Gardin, Avocat associé, Directeur adjoint de la région Rhône-Alpes se dévoile. Portrait.

Marie du Gardin

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? 

J’ai choisi ce métier parce qu’il réunit des aspects très différents :

 – d’une part, l’intellectuel et le factuel : Comment analyser les faits à l’épreuve du droit ? 

– et d’autre part, le juridique et l’économique : Nos clients sont des entreprises. Nous sommes donc au service de l’économie.  Lire la suite

  0 commentaire   
|
21/02/14

« J’avais la volonté de rejoindre un vrai cabinet d’avocats indépendant, avec une véritable culture libérale et l’avantage d’un lien avec une firme d’audit, sans les inconvénients » : Arnaud Moraine, Avocat associé en charge de la TVA à Paris

Tous les mois nous vous proposons de mettre à l’honneur l’un de nos avocats à travers huit questions. Ce mois- ci, Arnaud Moraine, Avocat associé en charge de la TVA à Paris se dévoile. Portrait.

  • Pourquoi avoir choisi le métier d’avocat d’affaires ? 

J’ai toujours voulu exercer le métier d’avocat pour défendre « la veuve et l’orphelin ». Je me suis finalement spécialisé en droit fiscal et défends de fait « la veuve et l’orphelin fiscales », puisque j’œuvre au quotidien pour assister les entreprises et me passionne pour le contentieux. C’est un métier palpitant car il requiert une stimulation intellectuelle de tous les instants. Nous sommes toujours au cœur de l’action, que ce soit dans le conseil, la défense ou même les actions de lobbying. De plus, la possibilité de publier, de donner des cours ou de participer à des conférences élargit le spectre de nos interventions, écartant ainsi la morosité ! 

Arnaud Moraine

Lire la suite

  0 commentaire   
|